C’est chose faite, les forces de l’ordre sont enfin autorisées à utiliser des drones pour surveiller les rodéos urbains et ce, avant la fin de l’année. C’est bien entendu une période test, qui s’étend de décembre à début février de l’année prochaine, pour les forces de l’ordre. L’objectif premier est d’aider les forces de l’ordre à surveiller Bordeaux et sa périphérie via des drones et ainsi, dissuader les rodéos urbains.

Le préfet de la région Nouvelle-Aquitaine a déclaré début décembre, par la voie de la presse, que la Direction départementale de la sécurité publique avait donné son accord pour que les forces de l’ordre « soient aidées » par des drones.

Ces drones, dont la qualité principale est la caméra, vont, dans quelques jours, survoler les quartiers « sensibles » de Bordeaux. Ainsi, les forces de l’ordre vont travailler plus efficacement et plus rapidement grâce à ces caméras volantes.

Car jusque maintenant, non seulement les rodéos urbains existent, mais il semblerait que cela s’étende. Avec l’aide de drones, le pouvoir de dissuasion des conducteurs va s’accroître et un certain nombre d’accidents, parfois graves et/ou mortels vont être évités. Par ailleurs, les forces de l’ordre vont gagner du temps pour agir contre ce fléau.

Les drones ont fait leurs preuves lors de manifestations telles que celle pour la réforme des retraites. Ils ont survolé le cortège de manifestants pour prévenir du moindre risque tel que les bousculades, les bagarres, la casse… À une autre occasion, en Seine-Saint-Denis, les drones ont été utilisés pour repérer des individus de bandes rivales qui s’étaient déclarés « une guerre ».

Les forces de l’ordre de Gironde sont donc satisfaites de cette décision, car à bien des égards, leur travail va être beaucoup plus efficace.



Photo de Josh Sorenson sur Unsplash