Transports Les transports gratuits à Montpellier va augmenter la fréquentation des transports et très probablement l’insécurité. La mairie de Montpellier a décidé de créer une police des transports pour pallier l’inquiétude éventuelle des usagers.

Cette police des transports est estimée nécessaire pour plusieurs raisons : la sécurité n’a pas de prix ; la fréquentation croissante des transports doit être sécurisée. La police des transports interviendra lorsqu’un danger quelconque sera détecté : agressions, vols…et même manque de respect ou insultes.

Cette nouvelle police s’appelle la police métropolitaine des transports et elle officie à Montpellier (Hérault). Elle sera présente dans les bus et dans les tramways. Depuis la mi-septembre, les policiers du transport à Montpellier travaillent dans les transports en commun pour permettre des déplacements sereins à l’ensemble des usagers. C’est à l’initiative du maire de Montpellier que cette police a été créée, estimant que l’insécurité ne doit pas troubler les voyageurs et il souhaite rassurer tous les usagers. Beaucoup de personnes refusaient d’emprunter les transports parce qu’elles ne sentaient pas en sécurité. C’est chose faite, des policiers des transports, en uniforme, veille au grain dans l’ensemble des transports de la métropole de Montpellier.  

Plus d’une vingtaine de ces policiers patrouillent dans les transports. Ils sont équipés de caméras piétons et d’une arme. Cela dissuade en effet. Ils sont présents sur une plage horaire importante : de 14 heures à minuit et plus encore du mercredi au samedi. Ce dispositif est amené à grossir, la mairie de Montpellier annonce le double d’effectifs l’année prochaine.

Objectif numéro un : les voyageurs doivent emprunter les transports sereinement

La gratuité des transports inclut inévitablement plus de voyageurs et c’est pourquoi la mairie a souhaité mettre en place une police des transports. La maire de Montpellier a déclaré pour justifier sa décision : « Nous souhaitons accompagner le développement de notre réseau de transports en commun par des dispositifs qui en améliorent la sécurité, explique Michaël Delafosse. La gratuité des transports, c’est l’espoir qu’il y ait davantage d’usagers. Et il y en aura. Mais ils doivent pouvoir se déplacer en toute sécurité. Tout comme les conductrices et les conducteurs doivent pouvoir assurer leurs missions en toute quiétude. »

Un voyageur exposé au plus petit danger est systématiquement détecté par les policiers du transport présents dans le bus ou dans le tramway. Cela va du manque de respect à l’agression. L’objectif est de voyager sereinement nuit et jour. Bien entendu, l’accent sera mis sur les femmes et les personnes âgées et vulnérables, moins aptes à se défendre. Par ailleurs, un tiers des « délits » commis dans les transports est de l’impolitesse, de l’irrespect. La police des transports est là pour que tout se passe pour le mieux durant les trajets des usagers.

Le respect et le calme doivent régner dans les transports

Ivresse dans les transports, conversations téléphoniques, les pieds sur les sièges sont parmi les incivilités relevées par la mairie de Montpellier. Il faut éviter voire bannir ces comportements dérangeants. La verbalisation pour chaque délit aura une double fonction : dissuader les personnes commettant des délits et rassurer les voyageurs.

Les usagers sont ravis de cette initiative parce que beaucoup sont victimes de harcèlement, d’injures sexistes et de bien d’autres comportements déplacés à leur égard.

Photo de Bernie Almanzar sur Unsplash