Ce mercredi 19 mai, plusieurs milliers de policiers ont participé à la marche citoyenne en hommage à Eric Masson et Stéphanie Montfermé. Les policiers ont également manifesté devant l’Assemblée nationale pour un alourdissement des peines. Gérald Darmanin et Éric Dupond-Moretti, hué, étaient présents.

Marche citoyenne pour le brigadier Masson, tué à Avignon

Le 5 mai dernier, Eric Masson, brigadier de 36 ans, se faisait tuer à Avignon lors d’une opération anti-drogue. Suite à cette nouvelle tragédie, une marche citoyenne a été organisée par les syndicats de police ce mercredi 19 mai à Paris pour rendre hommage au brigadier Masson mais également à Stéphanie Montfermé, assassinée au couteau dans son commissariat à Rambouillet.

Aujourd’hui, un jeune homme âgé de 19 ans a été mis en examen puis écroué. Il serait le meurtrier d’Eric Masson à en croire le collègue du policier qui l’aurait formellement identifié.

Placé en détention provisoire au centre pénitentiaire des Baumettes à Marseille, il continue de nier les faits.

Des peines plus lourdes pour les agresseurs des forces de l’ordre

Rassemblés devant l’Assemblée nationale, une minute de silence a été prononcée pour rendre hommage à Eric Masson et Stéphanie Montfermé.

Plus qu’une marche citoyenne, cette manifestation est aussi un ras-le-bol pour les policiers face au nombre de policiers tués en service ou mettant fin à leur jour en raison des conditions difficiles dans lesquelles ces derniers exercent.

“Il faut nous aider (…) le métier est très difficile, on a besoin de vous, il faut qu’on soit protégés (…) on part au boulot et on ne sait pas comment on va rentrer, dans quel état”

Un policier s’adressant à Gérald Darmanin ce mercredi devant l’Assemblée nationale

Autre raison de ce coup de gueule : le laxisme de la justice sur la lourdeur des peines prononcé à l’encontre des agresseurs des forces de l’ordre et des délinquants. En effet, il n’est pas difficile de recueillir des témoignages de policiers racontant que nombreux sont ceux qui ont été libérés ou non condamnés après avoir agressé des policiers.

Le ministre de l’Intérieur salué, celui de la Justice hué

Tandis qu’un représentant d’Alliance déclarait que “le problème de la police, c’est la justice”, Olivier Varlet, secrétaire général de l’Unsa-Police, lançait au ministre de la justice Eric Dupont-Moretti : “Il y en a assez des réformes pour le droit des auteurs, le droit des délinquants, des voyous. Monsieur le garde des Sceaux, réveillez-vous !”.

Critiqué sur son souhait de soutenir les policiers lors de la manifestation, Eric Dupont-Moretti s’est vu huer lors de sa venue.

Un accueil totalement à l’opposé de celui de Gérald Darmanin qui a continué de montrer son engagement et son soutien en échangeant avec les policiers et les membres des différents syndicats. “Tous les matins je pense à vous (…) Il n’y a aucun doute sur le soutien que je vous porte” a exprimé le ministre de l’Intérieur en compagnie du préfet de police de Paris Didier Lallemant.

D’autres personnalités autres que politiques ont également tenu à apporter leur soutien tel que l’acteur Gérard Lanvin. “Merci d’exister pour nous et de nous protéger, au risque de nos vies” a-t-il exprimé devant les milliers de policiers venus réclamer des réponses pénale plus fortes vis-à-vis de la récidive et une peine minimale pour les agressions de policiers.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici