Un changement radical doit s’opérer face au refus d’obtempérer

0
605

Deux morts en 24 heures : Un homme à Nice et une femme à Rennes

L’intervention de la police nationale est rejetée par principe ! La recrudescence des refus d’obtempérer et les conséquences dramatiques qui en découlent imposent un changement de la mentalité française.

Les refus d’obtempérer ne cessent de croître. La police est parfois obligée d’utiliser la force légitime provoquant la mort des auteurs de ces délits et plus rarement, des passagers. En 24 heures, deux décès ont été provoqués, l’un à Nice, le second à Rennes, à la suite de refus d’obtempérer. Cela implique pour le policier concerné une longue enquête administrative visant à déterminer l’ensemble des circonstances du drame avec garde à vue d’obtempérer et des effets qu’il a engendrés.

N’accusons plus la police de violence

Ces morts sont à déplorer bien entendu, mais c’est un scandale que le rejet systématique des policiers par notre société ainsi que par la suspicion de l’usage de la force légitime. La police est sans aucun doute l’institution la plus remise en question, la plus scrutée et qui ne peut plus appliquer la loi. Le premier objectif de la police est d’être une force légitime. Il ne faut pas confondre.

Il est normal qu’un policier soit sanctionné pour des violences injustifiées.

Mais l’épisode des Gilets jaunes a révélé que la police et les auteurs de délits (refus d’obtempérer, délit de fuite, violence…) sont mis sur un pied d’égalité. Pourtant, la police est sans cesse mise au pilori et ce, en dépit de sa motivation de juste faire valoir le droit et la loi.

Un changement de mentalité est indispensable

Cette révolution serait la bienvenue dans une société où les politiques, par manque de courage, ne soutiennent la police que si cela ne déplaît pas aux anti-policiers et aux médias. Elle consisterait à prouver que la police n’est pas le mal incarné, mais bel et bien une institution nécessaire à la bonne marche de notre société.

L’Etat se doit de soutenir nos forces de l’ordre !