Aujourd’hui, l’État est dans la tourmente : la majorité présidentielle est aux abois après avoir perdu plus de 150 circonscriptions. Les Français sont inquiets. Le Président de la République n’a plus de majorité. C’est la conséquence d’une politique de déshumanisation des relations avec les citoyens, et d’une politique de destruction des services publics, non seulement dans les zones rurales, mais aussi dans les métropoles.

Cet abandon par l’État de sa mission de services publics touche toutes les administrations :

  • L’éducation nationale avec la persistance de fermetures de classes et le recrutement au rabais d’enseignants sans concours avec un simple entretien de 30 minutes ;
  • La santé avec la poursuite de la fermeture de lits ou de services faute de soignants qui sont extenués par leurs conditions de travail et leurs rémunérations, ce qui les incitent à s’expatrier en Suisse, en Allemagne et au Québec ;
  • Le ministère des Affaires étrangères avec la disparition du statut des ambassadeurs qui va mettre à mal la diplomatie française dont on a tant besoin en ce moment ;
  • Les finances publiques sont décimées par les suppressions considérables d’emplois, de restructurations des services ingérables, de disparitions de sites au cours du précédent quinquennat. Ils se poursuivent selon un plan préétabli sans prendre en compte la nécessité d’une bonne marche des services et sans leur donner les moyens nécessaires d’exercer pleinement leurs missions, notamment en matière de contrôle fiscal…

Cette liste n’est pas exhaustive, mais le constat est général.

Le pouvoir d’achat des fonctionnaires et des retraités est en berne depuis plusieurs années : gel du point d’indice et sous-revalorisation des pensions de retraite. En  huit ans les retraités ont perdu l’équivalent d’un mois de pension sur une année !

De plus, le prix de l’énergie explose et le taux d’inflation, en fin d’année, sera considérable.

Le Président de la République a certes gagné l’élection présidentielle, mais a perdu les élections législatives, le grand vainqueur est le parti de l’abstention avec 54 % de non-votants au deuxième tour. Sa majorité toute relative ne lui permet pas de gouverner et il essaie de monnayer cette défaite en victoire en imposant ses choix.

Le Pôle des retraités, porteur de valeurs démocratiques et sociales, se doit de se mobiliser :

  • Pour le pouvoir d’achat,
  • Pour la revalorisation des pensions et le rattrapage des années antérieures,
  • Pour la défense de la sécurité sociale,
  • Pour des services publics sans déshumanisation numérique et accessibles à tous, tant en zone rurale qu’urbaine,
  • Pour la santé avec des soignants à hauteur des besoins à hôpital, dans les ephads, et pour l’aide à domicile ainsi que l’arrêt des fermetures de lits et de services,
  • Pour une politique environnementale à hauteur des défis qui nous attendent.

Le 25 juin 2022

Les organisations du Pôle des retraités

  • ANR, 13 rue des Immeubles Industriels, 75011 Paris ; tel : 01 43 79 37 18
  • FGR-FP, 20 rue Vignon, 75009 Paris ; tel : 01 47 42 80 13
  • FNOM, 45 Bld Vincent Auriol, 75013 Paris ; tel : 01 45 82 23 20
  • UNPRG, 7 Bld de Strasbourg, 94130 Nogent sur Marne ; tel : 01 48 75 78 41
  • UNRP, 42/52 rue de l’Aqueduc, 75010 Paris ; tel : 01 53 35 87 40
  • UNSOR, 48 rue des meuniers, 75012 Paris ; tel : 01 45 86 23 43

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici