JOURNEES D’INFORMATIONS ET DE CONSEILS AU SIEGE DE L’U.N.R. P PARIS LUNDI 18 ET MARDI 19 NOVEMBRE 2019

Liste des Intervenant: Patrick FLEURY, Jean-Claude GRATPANCHE, Marcel OUVRY, Alain THEVENET

Liste des participants : Jean-Pierre BIDOT, Alain BRISTHUILE, Henry CARRE, Robert COLSON, Jacques FOURNIER, Jean-Paul GRINGOIRE, André JUGAN, Christiane LEPEYRE, Patrick RATEAU, Patrick VECH

Journée du 18 Novembre 2019

Cette première journée de stage s’est déroulée en deux temps : en matinée, puis en après-midi.

A compter de 10h00, nous avons commencé par un tour de table afin de nous présenter.

A 14h00, nous reprenions le cours de cette journée après nous être restaurés.

Alain nous remettait un dossier ainsi que, pour ceux qui le souhaitaient, un exemplaire du cahier spécial Grand-Est du C.R de la 32ème A.G de l’U.N.R. P à Pont-à-Mousson des 22 et 23 mai 2019.

En premier lieu, il nous invitait à prendre connaissance de la lettre d’accueil du président de l’U.N.R.P., Philippe MOUË.

Ensuite, Alain nous expliquait le fonctionnement en équipe, clé de la bonne marche de chaque section (pages 3 à 5 du dossier).

Nous étions invités à reprendre la lecture de l’historique de l’U.N.R.P de 1958 à nos jours (pages 6 à 12 du dossier) ainsi que les statuts (pages 13 à 17)  et le Règlement Intérieur de notre association (pages 18 à 23).

Alain invitait ensuite Jahéda et Laurence, nos deux secrétaires exerçant au Bureau National. Elles se présentaient et nous expliquaient leurs différentes tâches et missions.

Elles remplissent, avec beaucoup de dévouement, leur mission d’accueil téléphonique, tentant d’apporter dans la mesure du possible des réponses aux questions des interlocuteurs. Nous avons eu connaissance d’un récent incident qui a entraîné un malaise de l’une d’entre elles (nécessitant tout de même l’intervention des S.P.) …

Il est impératif que la bienveillance et le savoir-vivre soient de rigueur dans tout dialogue entre nous.

Lorsque l’appelant ne respecte pas les secrétaires, celles-ci sont invitées à raccrocher jusqu’à ce que celui-ci recouvre ses esprits.

Jahéda aborde la comptabilité et nous rappelle un «modus operandi» qu’il convient de respecter. Ainsi, elle nous invite à prendre en mains nos listings d’adhérents et cocher les adhérents au fur et à mesure de la réception de leur cotisation. Si les chèques sont bien comptabilisés au niveau national, la comptabilité ne permet pas, à l’heure actuelle, de lisibilité sur l’actualité de la section en temps réel.

De même, il convient de vérifier que l’ayant droit puisse bénéficier de la prestation réclamée (le ou la collègue DCD était à jour et remplissait les conditions d’octroi). A ce titre, il faut bien vérifier que l’adhérent avait souscrit dans l’année de sa retraite ou était DCD plus de 5 ans après son adhésion. Ses ayants-droit doivent fournir un R.I.B. et un certificat de décès. Il faut savoir que certaines sections versent ce secours, sans s’entourer suffisamment de garanties. Il n’est alors plus possible de réparer l’erreur, les règles de gestion comptable s’y opposant.

Force est de constater qu’il est actuellement difficile d’informer les futurs retraités des actions menées par l’U.N.R.P. par manque de voies d’affichage dans les structures de police. Rappelons toutefois qu’il est possible de faire passer ces informations via le tableau d’affichage de l’U.N.S.A. Police et que certains D.D.S.P. n’y sont pas opposés.

Il est évoqué la possibilité :

  • D’avoir un drapeau pour une section départementale en lien avec la D.D.S.P.,
  • D’organiser des séances d’information « préparation à la retraite » ou de faire intervenir, lors des A.G, des banquiers, des mutuelles, des notaires, des assistantes sociales, etc.,
  • de moyens mis en œuvre pour rendre les sections attractives,
  • d’inciter l’ensemble des sections à copier l’investissement de certaines sections qui offrent à leurs adhérents de plus de 80 ans un colis pour l’hiver, et pourquoi pas une boîte de chocolats à ceux demeurant en EHPAD.

Patrick rappelle les prestations du centre de vacances de Cavalaire. Suite à de nombreuses déconvenues, les réservations sans paiement seront considérées comme caduques. Règle applicable dès 2021 si accord C.A: 30 % à la réservation, le reste dû 1 mois avant le séjour.

A ce sujet, certaines sections, lors de leur loto, qui offrent une semaine à Cavalaire, devraient suggérer à leurs « gagnants » d’envisager de réserver une deuxième semaine (à leur charge et hors saison), afin d’éviter les désistements induits par la distance parfois grande entre le domicile et le lieu de villégiature. Le prix à la semaine hors saison est très abordable : 147€ pour 2 personnes + 9€ pour une personne supplémentaire. Ceci est possible dans la mesure où il convient de ne pas dégager + de 63.000 € de C.A en location car l’U.N.R.P serait éligible à  la T.V.A. Actuellement, cette gestion profite à nos adhérents et à notre organisation nationale. Il convient de pérenniser cette méthode de fonctionnement.

Il est précisé que le nouveau directeur n’organise plus – à la différence du précédent – de marches pédestres.

Nos retraités qui se retrouvent seuls doivent être informés de la possibilité qui leur est donnée d’une prise en charge à Neuvy-sur-Barangeon en Sologne dans leur EHPAD, grâce à notre partenariat avec la fondation Maginot, pour un prix avantageux de 1600€/mois .

Alain en profite pour rappeler que le séjour dans cette structure, pour un couple en voyage, est de 86 € (couchage + petit déjeuner + repas du soir).

Jean-Claude souligne la nécessaire réunion de commission de contrôle financier chaque année. La constitution de cette commission est souhaitable par nombre impair (minima de 3- rappel de règles comptables). Lecture des règles comptables (pages 24 à 31).

A ce sujet, quelques sections demandent à leur établissement bancaire de leur ristourner leurs faires de gestion de compte. A voir.

Demande de consulter les supports relatifs aux aides et secours (pages 32 à 47).

Pour l’établissement de demandes de subventions, qui sont déductibles d’impôts, on peut, soit passer par le B.N, soit l’organiser au sein de sa propre structure à charge de s’entourer de conseils auprès du service des impôts. Pour rappel, nos cotisations ne sont pas déductibles des impôts, seuls les donateurs reçoivent un reçu de défiscalisation (66 %).

Afin d’obtenir des subventions, il est recommandé d’organiser des ateliers sur divers thèmes qui peuvent alors générer des subventions. Il faut impérativement mettre l’accent sur le côté social de nos actions qui sont la colonne vertébrale de notre association.

Notre rôle est également très important pour conseiller les veufs ou les veuves lors de la constitution d’un dossier de pension de réversion. Patrick RATEAU nous invite à consulter le site de la section UNRP 54 qui a travaillé sur le sujet où Jean-François SIMETTE a débuté un travail sur ce sujet.

Un nouveau support  logiciel va voir prochainement le jour. Il conviendra alors de préciser les ayant-droit (bénéficiaires) pour les secours-décès.

Jean-Claude précise qu’il est possible de passer d’une cotisation par chèque à un prélèvement bancaire. Sur ce postulat, si la cotisation est encaissée pour l’année N, la demande de prélèvement ne sera activée que pour l’année N+1 au 15 janvier car les prélèvements sont tous retirés le 15 janvier pour l’année en cours. Pour info, la section 35 qui a généralisé cette pratique compte 95 % d’adhésions à jour dès le début de l’année. Notre attention est attirée sur les rejets qui coûtent 15 €/pièce de frais de traitement à l’association. Il convient d’être rigoureux pour signaler les changements de banque, une section qui change d’établissement bancaire sans le signaler, un décès non signalé, un approvisionnement insuffisant non signalé, etc… Le retour des cotisations est réaffecté aux sections à la mi-avril.

Le magazine est tenu par Serge CRASTES. Pour une publication de 56 pages le coût est de 34.000 €. Une publication de 48 pages coûterait beaucoup moins. Il conviendra de réfléchir sur la pertinence d’un tirage aussi important alors même que nous avons 8000 adhérents payants. Rappel qu’une publication dématérialisée peut être archivée et consultée quand on le souhaite. Sauf à de rares exceptions, les publications papier sont souvent jetées après lecture.

Une enquête sera menée pour connaître l’avis de l’ensemble pour le maintien de la publication pour ceux qui veulent la version dématérialisée. Souci aussi pour ceux qui actuellement refusent pour des raisons pécuniaires essentiellement la réception de la revue.  Nécessité d’avoir des codes d’accès individuels.

Evocation des contrats de pubs qui peuvent rapporter à l’issue de la première année environ 30.000 € sachant que nous ne payons pas de T.V.A si nous ne dépassons pas un plafond de 40.000€. De toute façon, l’U.N.R.P a négocié l’obtention d’un double de chaque contrat afin de ne pas avoir de mauvaise surprise et de mieux surveiller le dispositif.

Volonté de dissocier les 3 parties : routeur, imprimeur, agence, de manière à ne pas être coincé pour nos diffusions.

Mise en évidence de la campagne de recherches l’année dernière de donateurs par courrier ciblé qui nous a permis d’avoir une très agréable surprise. Cette activité a été étendue cette année nous permettant de compenser la perte d’adhérents. Il conviendra de suivre au plus près ces donateurs en leur adressant nos vœux à chaque nouvelle année.

L’U.N.R.P. a reçu deux legs : l’un d’une veuve d’un dirigeant d’entreprise, l’autre d’un collègue retraité qui résidait dans le Loir et Cher pour lequel Marc PALLUAUD s’était investi.

Journée du 19 Novembre 2019

Un tour de table est organisé pour connaître le ressenti des participants.

Ceux-ci, globalement, sont ravis de ces journées d’échanges qui se sont déroulées dans un climat de camaraderie et de convivialité. Elles sont à poursuivre et à encourager pour que le plus grand nombre de présidents de sections, leurs trésoriers ou secrétaires puissent en bénéficier. Ces deux journées ont été considérées comme productives permettant aux uns et aux autres d’échanger et de partager nos différentes expériences.

Les participants remercient nos 5 élus, Philippe, Jean-Claude, Patrick, Alain, Marcel et nos deux secrétaires, Jahéda etLaurence. Ceux-ci nous rappellent l’utilité des A.G . 30 % des sections fonctionnent sans A.G et seule une trentaine sollicite auprès du président la présence d’un membre du Bureau.

C.R rédigé par André JUGAN et revu par Patrick RATEAU que je remercie